Ecrire mon monde

Mes mots au fil des jours, mes phrases pour partager, des pages pour aller vers ce roman.

A Chappes …

Chappes, Aube

Vendredi 17 septembre 2021

10h45

Sortie scolaire Collège de la Villeneuve, Saint-André-Les-Vergers.

Ils dessinent ces perspectives si délicates pour ce papier si étroit. Concentrés et déterminés à prouver leurs talents, ils tentent de reproduire ce pont d’une teinte usée par le temps qui traverse la rivière au courant soyeux.

L’eau reflète un vert clair inhibé par des algues timides et sombres brillantes sous le ciel bleu. Les gobages des truites sauvées des pêcheurs accompagnent la symphonie douce des chutes d’eau. La Seine, encore jeune, se déverse dans une piscine naturelle aussi transparente que le bijou serti sur la plus belle des parures. Sur le bord, les premiers pas de l’Automne se distinguent au travers des arbres. Les couleurs se mélangent avec l’harmonie presque irréelle de la nature. Le saule majestueux surveille les lieux et plonge dans le courant pour rendre le jaune aux teintes du fleuve.

Tout est calme, poli comme l’aurore et chaleureux comme ces après-midis de fin d’été. Le soleil dore la peau sans la bruler pour pardonner son absence des derniers jours.

Les sons se perdent dans ce théâtre fabuleux et le clocher de l’église rythme les voix des élèves. Un songe éveillé me fait glisser vers la contemplation. Le tableau éphémère est aussi futile que simple, aussi magnifique que gracieux.

L’île au milieu des eaux se rend avec discrétion à mon rêve. Elle nous accueille et nous rappelle que rechercher la plénitude ne s’entreprendra pas par le ciel. En roi qui protège son peuple, elle trône au milieu des eaux.

Bientôt, les canoës reprendront leur manège aux abords des berges herbeuses traversées par des canards heureux. Les papillons se dandineront et valseront avec ces futurs navigateurs naïfs. Apeurés, ils recevront le pouvoir de sourire et de ne plus craindre grâce à ces professeurs qui n’auront de cesse de rendre la balade joyeuse… celle où on se sentira pousser des ailes pour flotter et glisser sur l’onde délicate.

A l’écart, chanceux de la place qui me dresse aujourd’hui en ces lieux, je me souviendrai de cette journée de septembre, là-bas, à Chappes.

Je me souviendrai aussi, on se souviendra aussi, ils se souviendront aussi de ces sept âmes prêtes à distiller le savoir dans le vase immense et naturelle du beau.

mdc 58

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :